Petits points cardinaux

Michel Séonnet

19 - Paul Lafargue (2)

Je continue d’exhumer des textes anciens que provoqua mon arrivée à Draveil, dans la banlieue sud de Paris.

A cette époque, je parcourus les territoires alentour essayant de découvrir de quoi ils étaient fait. Delacroix et la forêt de Sénart. Lafargue et Draveil. J’appris ainsi que sur les terrains où commençait à se déployer une Base de loisirs, s’étaient déroulés, en 1908, de très violents combats opposant les carriers de la Seine à la direction des Sablières soutenues par le gouvernement de Clémenceau qui avait fait donner l’armée. Il y avait eu de nombreux blessés. Des morts. C’était là que l’on extrayait le sable nécessaire à la construction du métro. Les carriers qui travaillaient dans de terribles conditions demandaient une journée de repos par semaine et quelques sous d’augmentation. Je fis un certain nombre de recherches. Il y avait peu de choses publiées à l’époque. [1]

Dans le livre qu’il a consacré en 2001 à Paul et Laura Lafargue, Du droit à la paresse au droit de choisir sa mort, l’historien Jacques Macé tient que Lafargue qui habitait à quelques kilomètres de là fut une sorte d’animateur de l’ombre du mouvement. Vingt ans plus tôt, la coïncidence entre ce combat perdu (1908) et cette mort donnée (1911) m’avait conduit à écrire Dernier assaut.

mardi 12 juin 2012

Notes

[1] L’information est largement disponible aujourd’hui, dont ici.

© Michel Séonnet. | Contact        SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0     Réalisé par Rature.net