Petits points cardinaux

Michel Séonnet

Ce que dit le vent

Eté 2013. Rabat. A l’invitation de Caritas. Ateliers d’écriture avec de jeunes migrants subsahariens.

Jean-Marc :Gloria :Deborah : Djibril : Jean-Eudes : Halima : Eliane : Harmony : Jean-Baptiste :

J’écoute le vent parce qu’il souffle très fort et souvent il détruit des maisons et les voitures mais je l’aime bien quand il souffle comme une tornade, il aide l’oiseau le soulève comme un cerf-volant. J’écoute le vent. Il chante de temps en temps des chansons inconnues. Il raconte des histoires des espaces et de toutes les planètes. Quand il se met en colère, il détruit la planète.

J’écoute le vent. Il dit : « J’étais malade parce que j’avais apporté avec moi de la poussière. » Il dit : « Un jour j’étais sorti dans un pays lointain et grâce à moi une petite fille a été sauvée. Elle avait perdu son ballon. Elle était montée sur le toit, elle allait tomber. Il y avait un lit fichu. J’ai emporté le lit pour mettre en dessous d’elle et elle est tombée sur le lit. J’ai pris le ballon pour le lui donner. » J’écoute encore le vent qui chante une chanson de Laurie : « Je regarde seul devant ma fenêtre la pluie qui tombe encore…. I love you… » Il dit : Je chante une mélodie et ma voix est comme une harmonie de musique. Je danse la rumba congolaise. Je me mets en colère s’il y a beaucoup de pollution. J’aide les enfants avec leur cerf-volant. Je nettoie quand on veut que je nettoie : l’Amérique, l’Europe, l’Afrique, l’Asie, quand je veux. Je tranquillise la nature, la terre, la planète. Je raconte une belle histoire d’amour. J’aime la belle planète qui est au dessous de moi.

J’écoute le vent. Je ne sais pas d’où il vient. Je ne le vois pas mais je le sens. Un jour j’étais couchée sur l’herbe, le vent m’a raconté une histoire d’une petite fille qui était perdue dans la forêt et elle a vu une maison, elle est entrée dans la maison, elle a trouva trois assiettes avec de la soupe. Elle goûta la première assiette. Elle trouva que c’était très chaud. Elle goûta la deuxième. C’était aussi très chaud. Elle goûta la troisième. Elle trouva que c’était bon.

J’écoute le vent. Quand il y a le vent je me sens très bien et à l’aise. Je n’aime pas le vent avec la poussière. La poussière ça ne sert qu’à faire tomber malade. Le vent sert à enlever les déchets. Un jour je jouais au football. Le vent est venu avec la poussière. Je n’étais pas content, la poussière nous empêchait de jouer. Quand le vent est venu ça a enlevé la poussière et on était content. Le vent est très important dans la vie. La poussière aussi. Un jour un chien voulait me mordre les doigts quand tout à coup la poussière était très forte et le chien a eu peur et s’est enfui. Moi-même je me suis sauvé. Voici une histoire du vent : Il était une fois un jeune vent et son père. Ce jeune vent aime souffler avec son père. Et son père lui dit : Tu es un brave petit, mon fils. Son père s’appelle Akouri. Quand son père souffle, il détruit le village et les paysans ne sont pas contents. Un jour, le matin, Akouri dormait. Le jeune garçon est sorti de la maison et a soufflé sur le village et les paysans étaient très contents, il n’a rien cassé. Quand Akouri s’est aperçu que son fils a soufflé et que les paysans sont contents, il le félicite. Maintenant Akouri et son fils soufflent ensemble.

J’écoute le vent me raconter une histoire, l’histoire de ces enfants abandonnés par leurs parents, il me raconte aussi l’histoire des arbres secs qui meurent à tout moment, il me raconte aussi l’histoire des gens qui meurent chaque minute dans d’autres pays, il me raconte aussi des bonnes choses qui me mettent en joie, comme le chant des oiseaux. Il m’a aussi dit qu’il a vu le soleil se coucher et la lune se lever. Il a vu la guerre au Congo et en Côte d’Ivoire. Je n’étais pas content de cette nouvelle. Il m’a dit qu’il a vu des fleurs, il m’a dit qu’il aide aussi la nature, comme la mer, les oiseaux, les fleurs, et même des enfants à faire voler leur cerf-volant. Moi-même il m’aide à m’inspirer de la nature, et il m’a même poussé à créer un chant : Je suis le vent Je suis le vent Je t’apporte une histoire L’histoire de la nature très belle L’histoire de ces fleurs qui chantent L’histoire de ces arbres maigres Mon histoire à moi, le vent Je t’aime très fort Grâce au vent je veux écrire un livre pour ces enfants abandonnés qui n’ont pas à manger, qui rêvent toujours d’être un parent merveilleux, de ne pas être méchants comme leurs parents. Un livre pour les arbres secs parce que cette année le temps est mauvais, personne ne peut sortir Un livre pour le chant des oiseaux.

J’écoute le vent, le vent qui nous chante des chansons agréables. Le vent st un peu vieux mais il est adorable. Il raconte des histoires du désert, du Congo, il chante des chansons douces, des chansons marocaines, africaines. Il peut être en colère et sa colère cause des tornades, des tsunamis, il déconstruit les maisons en bois. Mais c’est magnifique de danser sous le vent. Il me tranquillise. Le vent est notre vie. Je chante comme une fée, dit le vent. Je chante des mélodies, des chansons africaines, des chansons de jazz. Je raconte des histoires fantastiques, elles parlent de fées ou de princesses. Je danse des danses africaines, marocaines. Quand je me mets en colère, je détruits des maisons. J’aide les gens de mes tendresses. Je nettoie la terre des déchets, c’est mon devoir. Je tranquillise les gens, car c’est ma famille.

J’écoute le vent qui chante des chansons. J’ai entendu le premier chant, il a dit : Je m’appelle le vent Je suis très gentil Je protège les gens Quand il y a la chaleur Je suis le vent qui souffle sur la terre. Je rafraîchis les humains quand ils transpirent Je chante une chanson de jazz quand ils ont besoin de chanter Je raconte des histoires quand ils ont besoin de dormir Je me mets en colère quand je suis fâché J’aide les gens quand ils ont besoin Je danse quand je suis content Je nettoie la terre Je tranquillise les gens

J’écoute le vent qui me dit qu’il est malade à cause de la pollution de l’air. Il me demande de l’aider en disant aux gens d’arrêter de polluer l’air avec leurs poubelles qui dégagent de mauvaises odeurs. Le vent me dit : Je chante de temps en temps en racontant de belles histoires d’amour. Quand une ville est salle j’aide les humains à la nettoyer. Quand je me mets en colère je peux casser plusieurs maisons de brique.

J’écoute le vent Aujourd’hui le vent était calme, tranquille, il ne faisait pas de bruit. Il était venu de la Centrafrique. Il était en train de danser, de chanter, il me fait du bien. Le vent n’a pas de chanson à lui. Si quelqu’un chante il l’accompagne. Le vent est très gentil. Il souffle. Il est merveilleux. Il me suit à tous les endroits où je pars. La chanson du vent, ça parle de lui-même. Il dit : Je chante la chanson de tous les paysans, quand les paysans travaillent, le vent commence à chanter. Il dit : Je raconte l’histoire de la guerre du Mali et de Mauritanie et la guerre de Côte d’ivoire et puis la guerre du Congo. Je raconte l’histoire des bombes du 6 mai à Brazza. Je me mets en colère à cause de la guerre. Il dit : Je danse les danses d’Afrique, je danse la danses marocaine.. Il dit : Je tranquillise les hommes qui sont en train de sa bagarrer. Je tranquillise la nature te la terre. J’aide les gens de mes tendresses. J’aide les enfants. J’aide le livre pour lire.

Je m’appelle le vent

Je souffle sur la terre Comme une tornade Je souffle sur la terre Comme une caresse Je passe sur les mers Sur la terre, dans les arbres Dans le désert, sur les montagnes Je passe sur les univers

Je m’appelle le vent

Quand je m’énerve je peux créer des tempêtes Quand je suis heureux tous les paysans m’adorent Quand je suis content Tout est agréable Sans moi les humains Ne pourraient pas respirer L’océan, la mer Tout a besoin de moi

Je m’appelle le vent

Je nettoie la terre des déchets Car c’est mon devoir Je nettoie l’Europe l’Afrique l’Asie Je tranquillise les hommes Car c’est ma famille Je tranquillise la poussière La nature et la terre

Je m’appelle le vent

Je chante des chansons de jazz Des mélodies africaines Des chansons de rappeurs Des chansons inconnues Je chante en sifflant De belles histoires d’amour

Je m’appelle le vent

Je danse la rumba congolaise Toutes les danses africaines Les danses marocaines Je danse en tournant Je bouge dans tous les sens Je danse pour l’amour des humains

Je m’appelle le vent

Je raconte des histoires Pour faire dormir les enfants Je raconte des histoires de la guerre Du désert Des espaces et de toutes les planètes Je raconte des histoires d’amour Des histoires fantastiques Des histoires de petites filles perdues dans la forêt Les histoires du vent et de son fils

Je m’appelle le vent

Je suis un peu vieux Mais je suis adorable Et je vous aime très fort.

© Michel Séonnet. | Contact        SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0     Réalisé par Rature.net