Petits points cardinaux

Michel Séonnet

12 octobre

Faudra-t-il s’y faire
à ces jours mal levés
que l’on dirait barbouillés en grisaille
par un peintre maladroit ?

à peine si la lumière
vient mâtiner l’air figé
de nostalgie plus que de présage

est-ce moi ou la mer
qui a mal dormi ?

on dit : page blanche
mais elle est grise
la page d’où les mots
se sont absentés

il faut reprendre l’effort

s’adonner à la vague
ligne après ligne

retrouver le mouvant
des galets

quand la mer se fige
est-ce à nous de lui réapprendre
le coup de rame
la nage ?

le poème
ne peut tendre à la mer
que le miroir
de ses propres inquiétudes

page et mer
en attente d’être écrites

d’être lues

à la fin du poème
il semble que quelque chose ait commencé à frémir
à la surface du grisé
dans lequel la mer
est sur le point de se perdre

mais ce ne sont
que les ronds de pluie
qui s’est mise à tomber

ronds d’œil pour regarder
des deux côtés du gouffre

(précédent) (suivant)

© Michel Séonnet. | Contact        SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0     Réalisé par Rature.net