Petits points cardinaux

Michel Séonnet

22 - La pelle à écrire

Il paraît qu’il ne faudrait pas (comme je l’ai fait la semaine dernière) dire publiquement les difficultés que l’on a à faire publier certains textes, que ça ne fait pas bien dans le paysage, que ça peut porter tort à "la carrière".

Lorsque j’ai ouvert ce site au début de l’année, mon but n’était pas d’en faire une vitrine promotionnelle, mais bien plutôt un espace de réflexion, de mise en perspective de mon travail.

Or il se trouve qu’une des caractéristiques du chemin que j’ai eu à parcourir, c’est que, nonobstant les presque quarante ouvrages que j’ai publiés, j’ai toujours eu un rapport ambivalent avec les éditeurs. Comme si le signe en avait été donné dès mon premier contrat signé avec les Éditions P.J.Oswald pour un texte sur le travail de Gatti à Saint-Nazaire. A peine le texte rendu, l’éditeur faisait faillite. [1] Par la suite, plusieurs de mes textes seront accueillis favorablement par tel ou tel éditeur qui finalement ne les publiera pas. Il m’arriva même d’avoir corrigé les épreuves d’un roman qui ne verrait pas le jour. C’est ainsi. Mais revient toujours le moment de "ramasser ses pelles", et de se remettre au travail.

Alors que je tentais de faire le ménage dans les innombrables fichiers ouverts ces dernières années pour tenter d’écrire ce qui est devenu Un peu de toi, j’ai retrouvé quelques pages extraites de mon Journal de l’année 2006.

Cette année là était la trentième de ma vie avec Monique. Au milieu de mes notes quotidiennes, j’avais entrepris d’essayer de saisir d’un mot, d’une phrase, à chaque fois l’empoignade de nos corps. Au jour de notre anniversaire j’en avais fait un petit recueil intitulé Trentième année que je lui avais offert. Je l’ai retrouvé dans le tiroir de son bureau. Mais cette année avait été aussi balancée par les refus et les publications, les désespoirs et les attentes. En le relisant, c’est bien cette constante qui me frappe. Et qu’y soit à ce point présente cette figure de la pelle à écrire qui m’a de nouveau requis en ce début d’année.

lundi 3 septembre 2012

Notes

[1] Le livre sera finalement publié près de trente après sous le titre Ces canards qui volaient contre le vent par la Meet de Saint-Nazaire.

© Michel Séonnet. | Contact        SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0     Réalisé par Rature.net