Petits points cardinaux

Michel Séonnet

10 septembre

Jusqu’à ce jour
la mer
était toujours
étale
frémissant
à peine
au ras des serviettes
de plage étalées
sur les galets

baigneurs ravis
enfants rieurs

on entrait dans la vague
sans trop savoir
où était le dehors
où était dedans

d’un seul bleu
le ciel
la mer
les galets
le nageur

l’impression de s’y fondre

jusqu’à ce jour
de roulement des galets
de poudre luminescente
jetée à la face du ciel

mer qui se dresse

qui revendique
d’être mer
malmenant la rive
vacancière

midi

il n’y a presque personne
sur la plage
malgré la vaillance
du soleil

je pénètre
droit devant
dans la vague luxuriante

le corps vibre sous le choc

s’élance
dans la profondeur verticale
de l’eau

la danse peut commencer

la tête
les bras
les jambes
le ventre aussi

s’entremêlent
d’une mer
bleu crème
qui fait mine
de les disloquer

elle contient
sa furie
elle joue
elle ne mord pas

l’enfant
est de retour

mon corps vieilli
lui a cédé la place

il a douze ans
il a quinze ans
ses membres
son ventre
ses yeux
s’éveillent
à la violence du plaisir

il se laisse griser
par l’étreinte
de mer
il la domine
elle le renverse
il crache
halète
elle le roule
dans le pierrier

longtemps

encore

au sortir de l’eau
l’enfant se retire
peu à peu
du corps ridé
qui titube
sur les galets

pas tout à fait

en reste encore un peu

assez
pour écrire
ce poème

(suite)

© Michel Séonnet. | Contact        SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0     Réalisé par Rature.net