Petits points cardinaux

Michel Séonnet

Notes sur Thérèse

lundi 17 décembre 2007

Thérèse

de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face

de la crèche à la croix tout le trajet dans lequel D. va de la petitesse à la petitesse et par lequel l’immortel enveloppé de langes le puissant Seigneur est mon frère chéri

il y a tout un chemin par lequel T . va être conduits dans cette petitesse comme si elle avait été acculé à ça

Comment une âme aussi imparfaite que la mienne peut-elle aspirer à posséder la plénitude de l’amour ?

les œuvres éclatantes lui sont interdites Les grandes pénitences ne sont pas pour moi Tout un modèle de sainteté de l’époque – où le sang et la violence avaient leur part – n’est pas pour elle Toutes les grandes pénitences corporelles ne sont rien mises en balance avec la charité elle se rêve (rêve d’adolescente) apôtre, missionnaire, prédicateur, martyr, et à peine sortie de l’enfance elle rentre au couvent Ah ! malgré ma petitesse, je voudrais éclairer les âmes comme les prophètes, les apôtres ; j’ai la vocation d’être apôtre. je voudrais parcourir la terre, prêcher ton nom... Je voudrais en même temps annoncer l’Évangile dans les cinq parties du monde et jusque dans les îles les plus reculées. je voudrais être missionnaire non seulement pendant quelques années, mais je voudrais l’avoir été depuis la création du monde et l’être jusqu’à la consommation des siècles.

elle se veut sainte, elle n’a ni vision, ni apparition, comment faire ?

L’ascenseur

Je me suis dit : le Bon Dieu ne saurait inspirer des désirs irréalisables, je puis donc malgré ma petitesse aspirer à la sainteté ; me grandir, c’est impossible ; je dois me supporter telle que je suis avec toutes mes imperfections, mais je veux chercher le moyen d’aller au ciel par une petite voie bien droite, bien courte, une voie toute nouvelle... Ce n’est plus la peine de gravir les marches d’un escalier... Un ascenseur le remplace avantageusement... Alors j’ai cherché dans les Livres saints l’indication de l’ascenseur objet de mon désir, et j’ai lu ces mots sortis de la bouche de la Sagesse éternelle : « Si quelqu’un est tout petit, qu’il vienne à moi ».

la petitesse

En cette vie on peut embrasser Jésus seulement dans plus extrême pauvreté et petitesse

de marie : on la montre inabordable, il faudrait la montrer imitable faire ressortir ses vertus, dire qu’elle vivait de foi comme nous

elle parle de la voie commune de marie, Ce qui me fait du bien quand je pense à la Sainte-Famille, c’est de m’imaginer une vie toute ordinaire, et non pas toutes les merveilles que l’on raconte

pour trouver Jésus, il nous faut descendre

François et Claire

le renversement

le jugement de D. (la crainte) la miséricorde de D. (l’amour) Ô mon D ! n’y aura-t-il que votre justice qui recevra des âmes s’immolant en victimes ? votre amour miséricordieux n’en a-t-il pas besoin lui aussi ? symbole de la fleur Je ne puis craindre un D. qui s’est fait pour moi si petit

la confiance

c’est la confiance et rien que la confiance qui doit nous conduire à l’amour

la petite voie est une voie de confiance et d’amour

(Pranzini)

l’amour

ma vocation c’est l’amour (p.100-101)

le propre de l’amour étant de s’abaisser, pour que l’Amour soit pleinement satisfait, il faut qu’il s’abaisse, qu’il s’abaisse jusqu’au néant et qu’il transforme ce néant en feu

la soif de Jésus

« donne-moi à boire »

recueillir l’amour/le sang pour le distribuer

l’amour n’est pas aimé Faudra-t-il que tant d’amour soit méconnu ?

Regarde Jésus dans sa Face ! Là tu verras comme il nous aime !

la sainteté

Thérèse a la certitude de posséder tous les trésors de son Époux puisqu’elle le possède Lui

le doute

Oui, la vie coûte, il est pénible de commencer une journée de labeur... Si encore on sentait Jésus, oh, on ferait bien tout pour lui, mais non, il paraît à mille lieues, nous sommes seules avec nous-mêmes

Si, lorsque nous nous tournons vers Thérèse nous ne voyons pas par elle, à travers elle et l’enfant de la crèche et le frère de la croix si lorsque nous demandons son intercession ce n’est pas l’amour de Jésus que nous demandons alors non seulement notre prière perd son objet, mais nous rendons vain le sacrifice de Thérèse, puisqu’elle s’est sacrifiée à cet amour de Jésus, toute à lui pour qu’il soit tout à nous.

Pour t’aimer sur la terre, je n’ai rien qu’aujourd’hui

aujourd’hui et là où je suis ce qui rend Thérèse moderne c’est cette intuition qui sera celle de bien des grands saints du XXme siècle il n’y a pas à courir au bout de la terre l’endroit qui est le plus près de D. c’est celui où l’on est

© Michel Séonnet. | Contact        SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0     Réalisé par Rature.net